Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - Vue sur Beyrouth.
Vue sur Beyrouth.
- Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - Maison de Amy, dans le quartier Dahiyeh, un quartier du Hezbollah en banlieue de Beyrouth.
Maison de Amy, dans le quartier Dahiyeh, un quartier du Hezbollah en banlieue de Beyrouth.
- Adrienne Surprenant - Carte des lieux que Amy connaît à Beyrouth, où elle vit depuis plus de 20 ans.
Carte des lieux que Amy connaît à Beyrouth, où elle vit depuis plus de 20 ans.
- Adrienne Surprenant - A son arrivée au Liban, Amy souhaitait poursuivre ses études de business. Son jeune époux, lui, ny voyait pas davenir et lautorisa seulement à poursuivre des études dinfirmière ou de ménagère. Aujourdhui, Amy travaille dans une compagnie portuaire qui livre des colis envoyés par les Philippines à leurs familles restées au pays.
A son arrivée au Liban, Amy souhaitait poursuivre ses études de business. Son jeune époux, lui, n'y voyait pas d'avenir et l'autorisa seulement à poursuivre des études d'infirmière ou de ménagère. Aujourd'hui, Amy travaille dans une compagnie portuaire qui livre des colis envoyés par les Philippines à leurs familles restées au pays.
- Adrienne Surprenant - Libre daller et venir, après avoir été mariée à un Libanais, Amy prends un taxi pour rentrer chez elle.
Libre d'aller et venir, après avoir été mariée à un Libanais, Amy prends un taxi pour rentrer chez elle.
- Adrienne Surprenant - Les filles dAmy sont toutes deux mariées, lune à un Libanais, lautre à un Palestinien. Elles sont tout à fait intégrées à la société Libanaise, au point davoir délaissé le Tagalog, la langue de leur mère, au profit de larabe.
Les filles d'Amy sont toutes deux mariées, l'une à un Libanais, l'autre à un Palestinien. Elles sont tout à fait intégrées à la société Libanaise, au point d'avoir délaissé le Tagalog, la langue de leur mère, au profit de l'arabe.
- Adrienne Surprenant - Ses nombreuses implications dans la communauté philippine ont valu à Amy des trophées et certificats, notamment de la part de son ambassade.
Ses nombreuses implications dans la communauté philippine ont valu à Amy des trophées et certificats, notamment de la part de son ambassade.
- Adrienne Surprenant - Au sein de la General Transportation Service (GTS), Amy gère depuis 2006 le transport des colis des travailleuses migrantes jusquaux Philippines. Femme étrangère entourée dhommes libanais, elle a su gagner leur respect par son sens des affaires et son attention aux détails. Ici, elle supervise le chargement dun conteneur, réalisé par des travailleurs syriens.
Au sein de la General Transportation Service (GTS), Amy gère depuis 2006 le transport des colis des travailleuses migrantes jusqu'aux Philippines. Femme étrangère entourée d'hommes libanais, elle a su gagner leur respect par son sens des affaires et son attention aux détails. Ici, elle supervise le chargement d'un conteneur, réalisé par des travailleurs syriens.
- Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - Le deuxième étage du restaurant-épicerie où Mirasol travailles lui sert aussi de chambre. Le salaire quAmy, sa patronne, lui donne nest pas suffisant pour quelle loues une chambre non loin de son travail.
Le deuxième étage du restaurant-épicerie où Mirasol travailles lui sert aussi de chambre. Le salaire qu'Amy, sa patronne, lui donne n'est pas suffisant pour qu'elle loues une chambre non loin de son travail.
- Adrienne Surprenant - Carte des lieux que Mirasol connaît à Beyrouth. Son premier emploi ne lui laissait aucune liberté, et son second, pas le temps de découvrir la ville. Elle reste apeurée par le reste de Beyrouth, et ses rues inconnues.
Carte des lieux que Mirasol connaît à Beyrouth. Son premier emploi ne lui laissait aucune liberté, et son second, pas le temps de découvrir la ville. Elle reste apeurée par le reste de Beyrouth, et ses rues inconnues.
- Adrienne Surprenant - Mirasol a rejoint le Liban pour payer léducation de ses trois enfants. Après 7 mois de travail demployéee domestique, elle apprend que son mari utilise largent quelle envoie pour ses plaisirs personnels et quil sest épris dune autre. Depuis, elle a coupé les ponts avec lui. Ses journées de travail à rallonge ne lui laissent guère le temps pour lamertume.
Mirasol a rejoint le Liban pour payer l'éducation de ses trois enfants. Après 7 mois de travail d'employéee domestique, elle apprend que son mari utilise l'argent qu'elle envoie pour ses plaisirs personnels et qu'il s'est épris d'une autre. Depuis, elle a coupé les ponts avec lui. Ses journées de travail à rallonge ne lui laissent guère le temps pour l'amertume.
- Adrienne Surprenant - Le dimanche, jour de sortie pour un nombre croissant demployées domestiques au Liban, est la journée la plus dure pour Mirasol. Levée à 2h30 du matin, elle cuisine toute la nuit pour accueillir les employées en congé à midi. En plus de la cuisine ordinaire, Mirasol installe des plaques à gaz dans la pièce où elle dort, pour pouvoir nourrir toutes ces bouches.
Le dimanche, jour de sortie pour un nombre croissant d'employées domestiques au Liban, est la journée la plus dure pour Mirasol. Levée à 2h30 du matin, elle cuisine toute la nuit pour accueillir les employées en congé à midi. En plus de la cuisine ordinaire, Mirasol installe des plaques à gaz dans la pièce où elle dort, pour pouvoir nourrir toutes ces bouches.
- Adrienne Surprenant - Plus dune dizaine de plats traditionnels des Philippines sont préparés par Mirasol pour la journée de congé de la majorité des travailleuses domestiques. Le dimanche, le restaurant se remplit, et Mirasol court dans tous les sens pour finir la journée avec une grosse migraine.
Plus d'une dizaine de plats traditionnels des Philippines sont préparés par Mirasol pour la journée de congé de la majorité des travailleuses domestiques. Le dimanche, le restaurant se remplit, et Mirasol court dans tous les sens pour finir la journée avec une grosse migraine.
- Adrienne Surprenant - Une Libanaise qui travaille à lentrepôt de lépicerie en face vient souvent visiter Mirasol, dont elle adore la cuisine traditionnelle philippine. Une solidarité sest créée entre les deux femmes, qui travaillent toutes deux durement, pour un salaire de misère.
Une Libanaise qui travaille à l'entrepôt de l'épicerie en face vient souvent visiter Mirasol, dont elle adore la cuisine traditionnelle philippine. Une solidarité s'est créée entre les deux femmes, qui travaillent toutes deux durement, pour un salaire de misère.
- Adrienne Surprenant - Mirasol na pas de jour de sortie depuis quelle travaille au Liban. Sa seule bouffée dair frais, cest de retrouver ses trois enfants entre deux contrats bi-annuels. Ici, en juin 2015 avec la fille de son aînée Myra, 19 ans, déjà mariée.
Mirasol n'a pas de jour de sortie depuis qu'elle travaille au Liban. Sa seule bouffée d'air frais, c'est de retrouver ses trois enfants entre deux contrats bi-annuels. Ici, en juin 2015 avec la fille de son aînée Myra, 19 ans, déjà mariée.
- Adrienne Surprenant - Presque toutes les relations sociales de Mirasol au Liban se situent dans le restaurant exigu où elle travaille de 7h à 21h. Et où elle dort à létage. Tant bien que mal, elle y a tissé des amitiés, voire des amours furtifs: Jessaie dêtre gentille avec tout le monde, pour quils le soient avec moi.
Presque toutes les relations sociales de Mirasol au Liban se situent dans le restaurant exigu où elle travaille de 7h à 21h. Et où elle dort à l'étage. Tant bien que mal, elle y a tissé des amitiés, voire des amours furtifs: "J'essaie d'être gentille avec tout le monde, pour qu'ils le soient avec moi."
- Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - Tous les soirs en été, Delphine parcourt le même trajet pour aller chercher sa fille, Sarah, à la garderie du Migrant Community Center (MCC), à Beyrouth.
Tous les soirs en été, Delphine parcourt le même trajet pour aller chercher sa fille, Sarah, à la garderie du Migrant Community Center (MCC), à Beyrouth.
- Adrienne Surprenant - Carte des lieux que Delphine connaît à Beyrouth. Delphine vient de Côte dIvoire. A 13 ans, elle a commencé à garder les enfants dune famille libanaise. Quand ces derniers ont décidé de rentrer au Liban, alors en pleine guerre civile, elle les a accompagné.
Carte des lieux que Delphine connaît à Beyrouth. Delphine vient de Côte d'Ivoire. A 13 ans, elle a commencé à garder les enfants d'une famille libanaise. Quand ces derniers ont décidé de rentrer au Liban, alors en pleine guerre civile, elle les a accompagné.
- Adrienne Surprenant - Lun des principaux problèmes de Delphine, cest le passeport de Sarah. À lheure actuelle, Sarah est sans papiers, car son géniteur est parti avant sa naissance. Or, au Liban, la nationalité se transmet par le père. Désormais, Delphine ne peut pas aller en Côte dIvoire avec sa fille, par peur quelle ne puisse pas rentrer au Liban, au retour.
L'un des principaux problèmes de Delphine, c'est le passeport de Sarah. À l'heure actuelle, Sarah est sans papiers, car son géniteur est parti avant sa naissance. Or, au Liban, la nationalité se transmet par le père. Désormais, Delphine ne peut pas aller en Côte d'Ivoire avec sa fille, par peur qu'elle ne puisse pas rentrer au Liban, au retour.
- Adrienne Surprenant - La famille nest réunie quun soir par semaine, dans un appartement que Delphine loue en banlieue de Beyrouth.
La famille n'est réunie qu'un soir par semaine, dans un appartement que Delphine loue en banlieue de Beyrouth.
- Adrienne Surprenant - Sur la route entre le MCC, et lendroit où dort Sarah, la jeune fille surexcitée raconte sa journée à Delphine.
Sur la route entre le MCC, et l'endroit où dort Sarah, la jeune fille surexcitée raconte sa journée à Delphine.
- Adrienne Surprenant - Ochinga embrasse sa mère, le samedi, soir de réunion. Quand Delphine a accouché dOchinga, son employeure ne voulait pas quelle lallaite au travail. Elle a même été virée pendant trois mois, et a dû la supplier pour être réembauchée. Mais à condition de confier Ochinga à une nounou.
Ochinga embrasse sa mère, le samedi, soir de réunion. Quand Delphine a accouché d'Ochinga, son employeure ne voulait pas qu'elle l'allaite au travail. Elle a même été virée pendant trois mois, et a dû la supplier pour être réembauchée. Mais à condition de confier Ochinga à une nounou.
- Adrienne Surprenant - Je nai pas de solution, pas de mari, pas dargent, aucun moyen de rentrer en Côte dIvoire. Parfois, Delphine culpabilise de ne pas pouvoir offrir plus à ses enfants.
"Je n'ai pas de solution, pas de mari, pas d'argent, aucun moyen de rentrer en Côte d'Ivoire." Parfois, Delphine culpabilise de ne pas pouvoir offrir plus à ses enfants.
- Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - En revenant de ses multiples occupations journalières, Rose aime passer chez une voisine et amie camerounaise, qui a nommé sa fille Rose, en son hommage. Ses enfants restés au pays, elle retrouve ses réflexes maternels à ses côtés.
En revenant de ses multiples occupations journalières, Rose aime passer chez une voisine et amie camerounaise, qui a nommé sa fille Rose, en son hommage. Ses enfants restés au pays, elle retrouve ses réflexes maternels à ses côtés.
- Adrienne Surprenant - Carte des lieux que Rose connaît à Beyrouth, où elle vit et travaille depuis 16 ans. Les embassades sont marquées de rouge, car elle y passe souvent, dans le cadre de son travail avec le syndicat des travailleuses domestiques.
Carte des lieux que Rose connaît à Beyrouth, où elle vit et travaille depuis 16 ans. Les embassades sont marquées de rouge, car elle y passe souvent, dans le cadre de son travail avec le syndicat des travailleuses domestiques.
- Adrienne Surprenant - Rose, 45 ans, employée domestique camerounaise, est lune des rares travailleuses à ne pas dormir dans son lieu de travail. Depuis bientôt 2 ans, elle est vice-présidente du syndicat des travailleuses domestiques.
Rose, 45 ans, employée domestique camerounaise, est l'une des rares travailleuses à ne pas dormir dans son lieu de travail. Depuis bientôt 2 ans, elle est vice-présidente du syndicat des travailleuses domestiques.
- Adrienne Surprenant - Venant souvent en aide aux travailleuses victimes dabus, Rose évoque lune de ses dernières interventions auprès delles. Juste avant la fin de son contrat, son employeure la accusée davoir volé deux bagues. Du coup, elle a refusé de lui payer ses deux derniers mois de salaire. Cest un grand classique le coup des deux bagues. Les employeurs lutilisent pour se débarrasser de leurs domestiques sans les payer.
Venant souvent en aide aux travailleuses victimes d'abus, Rose évoque l'une de ses dernières interventions auprès d'elles. "Juste avant la fin de son contrat, son employeure l'a accusée d'avoir volé deux bagues. Du coup, elle a refusé de lui payer ses deux derniers mois de salaire. C'est un grand classique le coup des deux bagues. Les employeurs l'utilisent pour se débarrasser de leurs domestiques sans les payer."
- Adrienne Surprenant - Après 13 ans de fidèles et loyaux services chez son employeure, Rose travaille désormais à son compte. Son temps libre, elle lutilise pour défendre les droits des travailleuses migrantes. Ici, un samedi après-midi en pleine réunion syndicale.
Après 13 ans de fidèles et loyaux services chez son employeure, Rose travaille désormais à son compte. Son temps libre, elle l'utilise pour défendre les droits des travailleuses migrantes. Ici, un samedi après-midi en pleine réunion syndicale.
- Adrienne Surprenant - Rose passe souvent au MCC pour sensibiliser des travailleuses sur leurs droits. Sestimant favorisée par rapport à dautres, la quadragénaire dédie son temps libre à améliorer le sort des moins chanceuses, courant dun atelier sur la résilience à une réunion syndicale. Ici, elle reprend son souffle entre deux réunions, au pied du MCC.
Rose passe souvent au MCC pour sensibiliser des travailleuses sur leurs droits. S'estimant favorisée par rapport à d'autres, la quadragénaire dédie son temps libre à améliorer le sort des moins chanceuses, courant d'un atelier sur la résilience à une réunion syndicale. Ici, elle reprend son souffle entre deux réunions, au pied du MCC.
- Adrienne Surprenant -
- Adrienne Surprenant - Tous les dimanches, la communauté Philippine se rassemble dans Hamra, pour des défilés, des concours, et des fêtes diverses.
Tous les dimanches, la communauté Philippine se rassemble dans Hamra, pour des défilés, des concours, et des fêtes diverses.
- Adrienne Surprenant - Carte des lieux que Bella connaît à Beyrouth, où elle travaille depuis un peu plus dun an.
Carte des lieux que Bella connaît à Beyrouth, où elle travaille depuis un peu plus d'un an.
- Adrienne Surprenant - Depuis plus dun mois, Bella occupe ses dimanches à se préparer pour un concours de mode organisé au sein de la communauté philippine de Beyrouth. Ici, elle termine une répétition de la chorégraphie de lévénement. Elle se re-maquille avant daller rejoindre ses amis au karaoké.
Depuis plus d'un mois, Bella occupe ses dimanches à se préparer pour un concours de mode organisé au sein de la communauté philippine de Beyrouth. Ici, elle termine une répétition de la chorégraphie de l'événement. Elle se re-maquille avant d'aller rejoindre ses amis au karaoké.
- Adrienne Surprenant - Tous les dimanches après-midi, le Pronto, bar karaoké, se remplit demployées domestiques philippines. Elles y reprennent des rengaines de leur pays, sous le regard concupiscent dhommes syriens, libanais ou égyptiens. Le Pronto est un lieu de rencontres rapides et éphémères entre travailleurs migrants des deux sexes.
Tous les dimanches après-midi, le Pronto, bar karaoké, se remplit d'employées domestiques philippines. Elles y reprennent des rengaines de leur pays, sous le regard concupiscent d'hommes syriens, libanais ou égyptiens. Le Pronto est un lieu de rencontres rapides et éphémères entre travailleurs migrants des deux sexes.
- Adrienne Surprenant - Depuis toute petite, jai eu trop de problèmes, trop de tristesse. Quand je suis avec des gens, je veux rire et ne rien laisser paraître.
"Depuis toute petite, j'ai eu trop de problèmes, trop de tristesse. Quand je suis avec des gens, je veux rire et ne rien laisser paraître."
- Adrienne Surprenant - Aux Philippines, Bella avait pour habitude de coudre les vêtements de ses trois enfants. En participant au concours Trash to Fashion, elle a loccasion de montrer son talent. Elle doit confectionner trois tenues à partir de déchets et cest elle qui défilera avec ses créations. Ici, elle sentraîne à la chorégraphie de la danse prévue pour lévénement.
Aux Philippines, Bella avait pour habitude de coudre les vêtements de ses trois enfants. En participant au concours "Trash to Fashion", elle a l'occasion de montrer son talent. Elle doit confectionner trois tenues à partir de déchets et c'est elle qui défilera avec ses créations. Ici, elle s'entraîne à la chorégraphie de la danse prévue pour l'événement.
- Adrienne Surprenant - Le Liban a enfin permis à Bella dêtre maître de son corps et de ses désirs. Mais son salaire de misère ne lui permet pas de subvenir aux besoins de sa famille. Aujourdhui, Bella rêve de retourner auprès de ses enfants.
Le Liban a enfin permis à Bella d'être maître de son corps et de ses désirs. Mais son salaire de misère ne lui permet pas de subvenir aux besoins de sa famille. Aujourd'hui, Bella rêve de retourner auprès de ses enfants.
-
Facebook Instagram LinkedIn