Adrienne Surprenant - Deux ans de faibles pluies du Gu et du Deyr ont asséché le Somaliland. Amina Said, 28, et Fatdua Jama, 34, vont puiser de leau dans une petite source dans le lit de la rivière Adad. Laffluence de déplacés qui viennent sy approvisionner vide la source chaque soir.
Deux ans de faibles pluies du Gu et du Deyr ont asséché le Somaliland. Amina Said, 28, et Fatdua Jama, 34, vont puiser de l'eau dans une petite source dans le lit de la rivière Adad. L'affluence de déplacés qui viennent s'y approvisionner vide la source chaque soir.
- Adrienne Surprenant - https://parismatch.be/reportages/somaliland-famine - Adrienne Surprenant - Les deux dernières chèvre de Mako Ogli mangent les restes de chair sur une carcasse.
Les deux dernières chèvre de Mako Ogli mangent les restes de chair sur une carcasse.
- Adrienne Surprenant - Avant la sécheresse, Sagal, 7 ans, vivait dans une Agal, tente traditionnelle somalienne. Maintenant, son abri est fait de bâches de plastique, et devient brûlant sous le soleil de midi.
Avant la sécheresse, Sagal, 7 ans, vivait dans une Agal, tente traditionnelle somalienne. Maintenant, son abri est fait de bâches de plastique, et devient brûlant sous le soleil de midi.
- Adrienne Surprenant - Le centre dAinabo accueille un puits naturel. Leau y est cependant imbuvable depuis 2006. Selon les locaux, labsence de pluies la rendue salée. Ils ne lutilisent que pour se laver avant la prière, nettoyer leurs vêtements ou alors pour abreuver leurs bêtes. Mais les déplacés internes viennent des régions environnantes pour boire cette eau stagnante. Une semaine après la prise de cette photo, la source sest tarie et le bassin sest rempli de vase.
Le centre d'Ainabo accueille un puits naturel. L'eau y est cependant imbuvable depuis 2006. Selon les locaux, l'absence de pluies l'a rendue "salée". Ils ne l'utilisent que pour se laver avant la prière, nettoyer leurs vêtements ou alors pour abreuver leurs bêtes. Mais les déplacés internes viennent des régions environnantes pour boire cette eau stagnante. Une semaine après la prise de cette photo, la source s'est tarie et le bassin s'est rempli de vase.
- Adrienne Surprenant - Comme beaucoup de personnes dans les régions éloignées, Abdilleh Mohammed, 28 ans, Abdilleh Ahabdi, 16 ans et Jama Aidid, 29 ans marchent plusieurs kilomètres tous les jours pour aller chercher de leau. Ceux-ci viennent prendre de leau laissée par un camion citerne dans une bassine (Bereket), pour fournir 6 familles.
Comme beaucoup de personnes dans les régions éloignées, Abdilleh Mohammed, 28 ans, Abdilleh Ahabdi, 16 ans et Jama Aidid, 29 ans marchent plusieurs kilomètres tous les jours pour aller chercher de l'eau. Ceux-ci viennent prendre de l'eau laissée par un camion citerne dans une bassine (Bereket), pour fournir 6 familles.
- Adrienne Surprenant - Au pied des monts Golis, les plaines étaient verdoyantes. Deux ans de faibles pluies ont asséché les pâtures. Au cours des sept derniers mois, les arbres sont devenus secs, lherbe est morte, et Faysal Jama a vu son troupeau décimé par la faim. Il sest endetté auprès de son clan pour acheter du sorgho, une céréale, et nourrir les 120 animaux restants de son troupeau de 300. « Même si je les vends toutes, jamais je ne pourrai rembourser ces dettes, explique-til.
Au pied des monts Golis, les plaines étaient verdoyantes. Deux ans de faibles pluies ont asséché les pâtures. Au cours des sept derniers mois, les arbres sont devenus secs, l'herbe est morte, et Faysal Jama a vu son troupeau décimé par la faim. Il s'est endetté auprès de son clan pour acheter du sorgho, une céréale, et nourrir les 120 animaux restants de son troupeau de 300. « Même si je les vends toutes, jamais je ne pourrai rembourser ces dettes", explique-t'il.
- Adrienne Surprenant - Hali Ahmed, 28, mère de 4 enfants. Depuis un mois, elle est très malade, elle tousse, et elle a tellement mal quelle ne peut plus bouger. À cause de la sécheresse, Hali a perdu tous ses animaux. Manquant de nourriture, elle est tombée malade. Un docteur lui a apporté des médicaments, mais ils nont rien changé et elle ne peut même plus les avaler.
Hali Ahmed, 28, mère de 4 enfants. Depuis un mois, elle est très malade, elle tousse, et elle a tellement mal qu'elle ne peut plus bouger. À cause de la sécheresse, Hali a perdu tous ses animaux. Manquant de nourriture, elle est tombée malade. Un docteur lui a apporté des médicaments, mais ils n'ont rien changé et elle ne peut même plus les avaler.
- Adrienne Surprenant - Distribution de nourriture par le Comité de réponse à la sécheresse, près dAinabo, région de Sool, Somaliland. « Depuis deux semaines, nous navons plus de budget. On pensait que la pluie arriverait et on a fait plusieurs levées de fonds pour maintenir les gens et quelques animaux en vie jusquau début des pluies. Mais la pluie ne vient pas, explique Alhan Jama.
Distribution de nourriture par le Comité de réponse à la sécheresse, près d'Ainabo, région de Sool, Somaliland. « Depuis deux semaines, nous n'avons plus de budget. On pensait que la pluie arriverait et on a fait plusieurs levées de fonds pour maintenir les gens et quelques animaux en vie jusqu'au début des pluies. Mais la pluie ne vient pas", explique Alhan Jama.
- Adrienne Surprenant - Alan Bulale enseigne le Coran gratuitement depuis quelques mois : « Jai été doublement affecté par la sécheresse : jai perdu tout mon bétail, et largent que je collectais en enseignant. »
Alan Bulale enseigne le Coran gratuitement depuis quelques mois : « J'ai été doublement affecté par la sécheresse : j'ai perdu tout mon bétail, et l'argent que je collectais en enseignant. »
- Adrienne Surprenant - Le matin du 8 avril, après une semaine de maladie, Deka, âgée de deux ans, est morte dune combinaison de malnutrition, de déshydratation, de fièvre et de diarrhée. Ses parents étaient incapables dacheter les médicaments nécessaires et nont pu lemmener au centre de santé le plus proche, à plus de deux heures de route en voiture.
Le matin du 8 avril, après une semaine de maladie, Deka, âgée de deux ans, est morte d'une combinaison de malnutrition, de déshydratation, de fièvre et de diarrhée. Ses parents étaient incapables d'acheter les médicaments nécessaires et n'ont pu l'emmener au centre de santé le plus proche, à plus de deux heures de route en voiture.
-
Facebook Instagram LinkedIn